Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
65
ANDRÉ

celle de tous les hommes. Monstres que vous êtes ! que Dieu vous confonde !

— Ma réponse ! dit André lui prenant la main avec force ; ai-je répondu ? puis-je répondre ? Geneviève consentirait-elle jamais à m’épouser ?



Qu’est-ce donc ? dit Geneviève embarrassée ; de quoi me demandez-vous pardon, monsieur le marquis ? (Page 66.)

— Comment ! dit Henriette avec un éclat de rire, si elle consentirait ! une fille dans sa position, et qui sans cela serait forcée de quitter le pays !

— Oh ! non, jamais, si cela dépend de moi ! s’écria André, éperdu de terreur et de joie. L’épouser, moi ! elle consentirait à m’épouser !

— Ah ! vous êtes un bon enfant, s’écria Henriette se jetant à son cou, transportée de joie et d’orgueil en voyant le succès de son entreprise. Ah ça ! mon bon monsieur André, votre père donnera-t-il son consentement ? »

André pâlit et recula d’épouvante au seul nom de son père. Il resta silencieux et atterré jusqu’à ce qu’Henriette renouvela sa question ; alors il répondit non d’un air sombre, et ils se regardèrent tous deux avec consternation, ne trouvant plus un mot à dire pour se rassurer mutuellement.

Enfin Henriette, ayant réfléchi, lui demanda quel âge il avait.

« Vingt-cinq ans, répondit-il.

— Eh bien ! vous êtes majeur ; vous pouvez vous passer de son consentement.

— Vous avez raison, dit-il, enchanté de cet expédient, je m’en passerai ; j’épouserai Geneviève sans qu’il le sache.

— Oh ! dit Henriette en secouant la tête, il faut pourtant bien qu’il vous donne le moyen de payer vos habits de noces… Mais, j’y pense, n’avez-vous pas l’héritage de votre mère ?

— Sans doute, répondit-il, frappé d’admiration ; j ai droit à soixante mille francs.

— Diable ! s’écria Henriette, c’est une fortune. Ô ma bonne Geneviève ! ô mon cher André ! comme vous allez être heureux ! et comme je serai contente d’avoir arrangé votre mariage.

— Excellente fille ! s’écria André à son tour, sans vous je ne me serais jamais avisé de tout cela et je n’aurais jamais osé espérer un pareil sort. Mais êtes-vous sûre que Geneviève ne refusera pas ?