Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 1.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
154
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

point est si difficile, qu’il ne faut pas même y songer.

Je suis ici pour un peu de temps, c’est-à-dire pour deux ou trois mois ; après quoi, je reviendrai au pays, piocher toutes les nuits et galoper tous les jours, selon ma douce habitude, au grand scandale et mécontentement de nos honorables compatriotes. S’ils vous disent du mal de moi, mon cher ami, ne vous échauffez pas la bile à me défendre ; laissez-les dire.

Chauffez-vous tranquillement les pieds, ayez de bonnes pantoufles et de la philosophie. J’en possède autant, et, par-dessus tout, une vieille et sincère amitié pour vous, dût-on aussi en médire. Je ne suis pas de ceux qui sacrifient leurs amis à leurs ennemis.

Bonsoir, mon camarade ; je vous embrasse.


LVII

À MAURICE DUDEVANT, À NOHANT


Paris, 25 janvier 1831.


Tu as dû recevoir, mon cher enfant, une lettre de moi le lendemain ou le surlendemain de celle que tu m’as écrite. Dis à ton papa de m’envoyer de l’argent. Aussitôt que j’en aurai, je t’enverrai ton habit de garde national. J’ai vu ta bonne maman Dudevant plusieurs fois. Elle ne m’a pas parlé d’argent et je ne me soucie pas de lui en demander. Dis tout cela à