Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 1.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

soupçons qui se dirigeraient sur nous si nous ne gardions le secret sur notre génie poétique, car nous en pinçons. Il a pu, à Paris, vous chanter des complaintes de notre façon ; que vous en semble ? Nous avons tant d’esprit, que nous en sommes zonteux nous-mêmes. Nous avons montré la susdite chanson à M. et madame de Périgny, qui en ont beaucoup ri et nous ont autorisés à la répandre clandestinement, à condition qu’ils ne soient pas reconnus en avoir eu connaissance.

Voyez-vous d’ici la bonne figure qu’ils vont faire, et vous aussi, quand, d’un air piteux, on viendra vous raconter qu’un libelle impertinent, arme à deux tranchants, et dans lequel nous sommes particulièrement maltraités, circule dans la ville ? Voyez-vous l’air de philosophie et de générosité avec lequel nous témoignerons notre mépris de cet outrage ? J’oubliais de vous dire qu’à la seconde soirée il n’est venu personne que ce maître de musique, Casimir et moi ; la chanson, d’ailleurs, vous l’apprendra ; mais vous saurez que j’avais l’honneur de faire partie des trois invités qui font une si pauvre figure à la fin du dernier couplet. Nous attendons à demain pour voir si la cabale continue. Moi, je n’en aurai pas le démenti, et j’irai pour voir. Vous voilà au courant des cancans.

J’écrirai à Félicie quand je pourrai. En attendant, dites-lui que je l’embrasse, que je ne me soucie guère d’apprendre les modes, qu’il me suffit qu’elle se porte bien et ne m’oublie pas. Au reste, je lui