Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
67
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

rebours de la situation normale qui me commande de vous en donner. Mon Dieu, je sais que vous n’en avez pas besoin, vous n’en avez que trop. Moi, je n’en ai pas pour les autres. Leurs malheurs me brisent, et le vôtre m’a jetée dans un grand abattement ; j’ai peur de l’avenir, j’envie ceux qui n’ont peur que pour eux-mêmes et qui se préoccupent de ce qu’ils deviendront. Il me semble que le fardeau de leur angoisse est bien léger, au prix de celui qui pèse sur mon âme.

Je souffre pour tous les êtres qui souffrent, qui font le mal ou le laissent faire sans le comprendre ; pour ce peuple qui est si malheureux et qui tend toujours le dos aux coups et les bras à la chaîne. Depuis ces paysans polonais qui veulent être Russes, jusqu’à ces lazzaroni qui égorgent les républicains ; depuis ce peuple intelligent de Paris, qui se laisse tromper comme un niais, jusqu’à ces paysans des provinces qui tueraient les communistes à coups de fourche, je ne vois qu’ignorance et faiblesse morale en majorité sur la face du globe. La lutte est bien engagée, je le sais. Nous y périrons, c’est ce qui me console. Après nous, le progrès continuera. Je ne doute ni de Dieu ni des hommes ; mais il m’est impossible de ne pas trouver amer ce fleuve de douleurs qui nous entraîne, et où, tout en nageant, nous avalons beaucoup de fiel.

Adieu, cher ami et frère. Borie vous aime, allez ! et Maurice aussi ! Ils sont ici près de moi. Si nous étions à Paris, nous irions vous voir, vous nous auriez déjà