Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
70
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

l’obstacle de la royauté. Il est donc indubitable que la France sera désormais une république, puisque, d’une part, la classe la plus pauvre et la plus nombreuse aime cette forme de gouvernement, qui lui ouvre les portes de l’avenir, et que, de l’autre, la classe la plus riche, la plus influente, la plus politique trouve son compte à une oligarchie.

Le suffrage universel fera justice, un jour, de cette prétention du tiers état. C’est une arme invincible dont le peuple n’a pas encore su faire usage et qui s’est retournée contre lui-même dans un premier essai. Son éducation politique se fera plus vite qu’on ne pense et l’égalité progressive, mais ininterrompue dans sa marche, peut et doit sortir du principe de sa souveraineté de droit. Voilà le fait logique, tel qu’il se présente de lui-même. Mais les déductions logiques sont-elles toujours la loi régulière de l’histoire des hommes ? Non ! le plus souvent, il y a une autre logique que celle du fait général : c’est celle du fait particulier, qui jette le désordre dans l’ensemble, et, chez nous, le fait particulier, c’est l’inintelligence de la situation dans la majorité du tiers état.

Cette inintelligence peut rendre violente et terrible notre nouvelle révolution, et, par des essais de domination liberticide, exaspérer la souffrance des masses. Alors la marche solennelle du temps est rompue. La misère excessive n’appelle plus sa souffrance vertu, mais abjection. Elle invoque le secours de sa propre force, elle dépossède violemment le riche et engage