Page:Sand - Le Péché de Monsieur Antoine, Pauline, L’Orco, Calman-Lévy, 18xx, tome 1.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ni un devin pour être parfaitement convaincu de ce qu’il vous plaît d’appeler des rêves sublimes.

« Oui, la vérité est sublime, et sublimes sont aussi les hommes qui la découvrent. Mais ceux qui, l’ayant reçue et palpée, s’en accommodent comme d’une très bonne chose, n’ont véritablement pas le droit de s’enorgueillir ; car si, l’ayant comprise, ils la rejetaient, ils ne seraient rien moins que des idiots ou des fous. »

M. de Boisguilbault parlait ainsi avec une facilité prodigieuse pour lui, et il eût pu parler longtemps encore sans qu’Émile, frappé de stupeur, songeât à l’interrompre.

Ce dernier n’aurait jamais cru que ce qu’il appelait sa foi et son idéal pût éclore dans une âme si froide, et il se demandait d’abord s’il n’allait pas s’en dégoûter lui-même, en se voyant solidaire d’un pareil adepte. Mais peu à peu, malgré la lenteur de sa diction, la monotonie de son accent et l’immobilité de ses traits, M. de Boisguilbault exerça sur lui un ascendant extraordinaire.

Cet homme impassible lui apparut comme la loi vivante, comme une voix de la destinée prononçant ses arrêts sur l’abîme de l’éternité.

La solitude de ce lieu splendide, la pureté du ciel qui, en perdant les clartés du soleil, semblait élever sa voûte bleue toujours plus haut vers l’empyrée, la nuit qui se faisait sous les grands arbres, et le murmure de cette eau courante, qui semblait, dans sa continuité placide, être l’accompagnement naturel de cette voix unie et calme ; tout concourait à plonger Émile dans une émotion profonde, semblable à la mystérieuse terreur que devait produire sur de jeunes adeptes la réponse de l’oracle dans l’obscurité des chênes sacrés.

« Monsieur de Boisguilbault, dit le jeune homme, vivement pénétré de ce qu’il venait d’entendre, je ne puis mieux me soumettre à vos enseignements qu’en vous demandant