Page:Sand - Nanon, 1872.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


logeais, je n’avais pas la vue de_ _cette plate-forme ; mais du galetas voisin, où le geôlier — car la masure était à lui — mettait ses provisions de légumes et de fruits, on se trouvait assez près de la plate-forme, à portée du regard et de la voix. Je m’y glissai en enlevant les vis de la serrure. Je m’assurai du fait, puis je remis les choses en bon état et j’avertis Dumont afin qu’il m’obtînt la permission de travailler dans ce grenier, le mien étant trop petit et trop sombre. La permission fut vite accordée, Dumont était déjà au mieux avec le geôlier-propriétaire ; ils buvaient le vin blanc ensemble le matin et Dumont payait presque toujours. Il fit valoir la sobriété et l’honnêteté de Lucas, garçon raisonnable et soumis, incapable de dérober une pomme et de toucher à une gousse de pois. La chose fut convenue, vingt sous de surplus dans le loyer du mois levèrent toute difficulté. On me donna la clef du grenier, j’y transportai mes brins d’osier et mes outils ; on me confia même le soin des provisions, et je fis la guerre aux souris avec un succès qui me valut beaucoup d’éloges.

Enfin ! il y avait quinze jours que nous étions installés, et je n’étais pas encore bien certaine qu’Émilien fut dans cette prison ou dans une des autres, la grosse porte du château ou le donjon du Parc. Nous n’avions pas osé questionner beaucoup. Dès que je pus entrer dans le grenier à toute heure, je fus vite au courant des habitudes de la prison, et je pus voir les prisonniers prendre l’air sur la plate-forme matin et soir. Ils étaient une douzaine environ et n’avaient la permission de monter sur la tour que deux par deux. Émilien y vint avec le vieux monsieur que j’avais vu avec lui à l’auberge