Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Pour Laorens, il déclara que Rose était une petite sotte.

Horace ne dormit pas bien. Il se demanda vingt fois le motif du refus de Rose. Il tenait la réponse, mais il n’osa pas se la faire. Il se persuada qu’il était de son devoir d’éclaircir cette bizarrerie. Il n’aurait pas rempli envers Rose toutes les conditions de l’amitié qu’il lui avait jurée, s’il ne lui représentait pas les avantages du parti qu’on lui offrait, s’il négligeait par indifférence ou par fausse délicatesse de l’éclairer sur ses véritables intérêts.

Le lendemain de bonne heure il fit seller son cheval, et sans rien