Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


enfer qui donnerait envie de se damner.

« — Pourquoi cela ?

« — C’est plein de danseuses charmantes que les diables houspillent en se les renvoyant de l’un à l’autre… »

Le regard oblique de l’écouteuse semblait chercher sur les traits de Rose l’explication du dialogue qui répandait tant de gaîté sur ceux de mademoiselle de Ventadour. Mais le fait est que sœur Écoute entendait fort bien, et qu’en ce moment c’était mademoiselle de Ventadour qu’elle voyait dans la direction contraire à ses pupilles déjetées. Rose