Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


voulez donc être en chambre ? dit-elle après avoir fini.

« — Monseigneur m’a autorisée à vous faire cette demande, répondit Rose ; il m’a dit que j’y jouirais d’un peu plus de liberté que dans une cellule.

« — Ah ! vous voilà bien toutes ! dit madame de Lancastre en souriant, vous venez chercher de la liberté au couvent.

« — C’est une singulière idée, dit la religieuse voilée, d’un ton amer et caustique qui sembla répandre de la tristesse sur le front des deux autres.

« — Savez-vous, ma chère enfant,