Page:Sapho - Le tutu, mœurs fin de siècle, 1891.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
110
LE TUTU


ouest du salon. Mais Mauri distinguait mal, à cause de l’insuffisance de lumière. Et puis, ses idées étaient ailleurs. Il avait hâte de se coucher.

— C’est déjà drôle tout de même, lui dit la Pondeuse, que tu ne passes pas la première nuit de tes noces avec ta femme ! Qu’est-ce qu’elle a donc d’extraordinaire ?… Serait-elle ?… N’aurait-elle plus ?…

— Tu liras ça demain dans les journaux.

— Nous nous lèverons à midi, parce qu’il faut que j’aille à la répétition du Cœur de Sita. Heureusement que j’ai pu entrer à l’Éden. Hier, j’ai perdu deux cents francs aux courses. Je n’ai plus rien à me fiche aux pieds ; j’avais commandé une paire de souliers Molière que l’on m’apportera demain, et je suis à sec. Ma foi, tant pis, je la refuserai.

La Pondeuse avait la manie des bêtes ; elle élevait un chat, un chien, un petit cochon d’Inde, et ces quadrupèdes se trémoussaient