Page:Sapho - Le tutu, mœurs fin de siècle, 1891.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
177
MŒURS FIN DE SIÈCLE


Malou. Messé-Malou habitait, à Bel-Air, une maison sans fenêtres, pourvue d’une seule porte massive en chêne épinglée de gros clous carrés et pointus.

— Est-ce qu’on voit clair, là-dedans ?

— La maison a trois étages, et il fait plus clair au rez-de-chaussée que dans la rue. Il fait même clair dans la cave. Et pourtant, il n’y a pas une seule fenêtre. Messé-Malou n’en a pas voulu — c’est lui qui a fait bâtir sa maison, — afin de payer le moins possible de contributions. Il a raison, cet homme.

Ils entrèrent.

— Dépêchez-vous, leur dit Messé-Malou. Qu’y a-t-il à votre service ?

— Il s’agit d’une femme qui va mourir en enfantant, et cet enfant doit être nourri par une femme qui n’a pas de lait.

— Où est-elle, cette femme qui n’a pas de lait ?

En effet, ils avaient oublié d’amener Hermine.