Page:Sauvage - Tandis que la terre tourne, 1910.djvu/141

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
141
l’âme en bourgeon


MON CŒUR REVIENT À SON PRINTEMPS


Mon cœur revient à son printemps,
L’herbe jeune sort de la terre,
Le muguet aux grelots battants
Carillonne l’heure légère.

Sur le ciel d’aurore amolli,
Le gros soleil dans sa bavette
Gigotte comme sur un lit
Un nourrisson à chair replète ;