Page:Schoebel - Le Rituel brahmanique du respect social.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

même certain qu’il se prosterne réellement de tout son long. Mais il y a là, évidemment, une coutume qui a été importée dans l’Inde par les Sémites ou par les Perses[1] convertis aux mœurs assyriennes, ou enfin par les Arabes et les conquérants musulmans. Les dieux même ne sont pas salués, dans l’Inde antique, par la prosternation proprement dite, car nulle part, que je sache, on ne rencontre dans le Véda ou dans les écrits védiques le mot qui exprime cet acte, mais bien le mot namas, qui veut dire inclination[2], de nam, incliner ; de là nataçirah la tête inclinée, locution qu’on trouve jointe à pravakâyam le corps incliné[3]. Les buddhistes indiens non plus ne se prosternaient pas devant leur seigneur. On lit, dans le Saddharma pundarika, que les religieux saluent le Buddha en posant à terre le genou droit et en regardant Bhagavat en face, le corps incliné[4]. La mise à genou, mita jnou, expression qui, soit dit par parenthèse, est presque française, la mise à genou se trouve aussi dans le culte védique (voy. R.-Véda III, 5, 6, st. 3 ; vol. II, p. 978, éd. Müller), mais cet acte ne constitue pas plus la prosternation proprement dite que le geste des buddhistes[5].

  1. « Quand deux Perses se rencontrent, si la condition de l’un est fort au-dessous de celle de l’autre, l’inférieur se prosterne προσκυνέει, devant le supérieur. » (Hérod. I, 133 ; Cf. Strab., p. 734.)
  2. Voy., p. ex., l’hymne à Agui, Anthologia Sansc., p. 101 ; Agnin namasâ dhuve. J’invoque Agui avec inclination, c’est-à-dire dans une posture respectueuse ; suprayanâ namahbhih (Rig-Véda, vol. Il, p. 432).
  3. Voy. Dévimahatmyam, p. 26, éd. Poley ; — Râmâyana, I. 38, çl. 21.
  4. Le Lotus de la bonne Loi, trad. Burnouf, p. 62, sq.
  5. V. cependant le Grihyasûtra d’Açvalâyana, I, 21, § 4, où il est dit que l’élève, introduit auprès du maître, doit plier le genou et embrasser (les pieds du précepteur), jânvâcyopasangrihya. Mais cela même ne contredit pas notre assertion.