Page:Schwob - La Lampe de Psyché, 1906.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mime vi. Potier, ayant tourné le fond d’une jarre dont j’ai pétri et courbé le ventre de terre dorée, je l’ai emplie de fruits pour le dieu des jardins. Mais il considère le feuillage tremblant, de peur que les voleurs percent les murailles. A la nuit, des loirs furtifs ont enfoncé leurs museaux parmi les pommes et les ont rongées jusqu’aux pépins. Timides, à la quatrième heure, ils agitèrent leurs queues duvetées, blanches et noires. A l’aube, les oiseaux d’Aphrodite se sont perchés sur les bords violets de mon pot d’argile en hérissant les petites plumes changeantes de leur cou. Sous le midi qui frémit, une jeune fille s’est avancée seule vers le dieu, avec des couronnes d’hyacinthe. Et m’ayant aperçu tandis que je restais penché der-