Page:Schwob - La Lampe de Psyché, 1906.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Mime vii. O Mannia, viens châtier cet insolent avec un bon fouet en cuir de Paphlagonie. Je l’ai acheté dix mines à des marchands phéniciens, et il n’a pas souffert de la faim chez moi. Qu’il dise si les cuisiniers lui ont donné des olives et du poisson salé. Il s’est rempli le ventre avec des estomacs farcis et rôtis, des anguilles du lac Copaïs, et des fromages gras qui portaient encore la marque de leur claie d’osier. Il a bu du vin non mêlé que je faisais conserver dans des outres odorantes en peau de chèvre. Il a vidé mes flacons de baume syrien, et sa tunique est violette de pourpre : jamais les laveuses ne l’ont trempée dans les cuves. Ses cheveux s’éparpillent comme les aigrettes d’une torche d’or ; le tondeur n’en a pas approché ses