Page:Schwob - La Lampe de Psyché, 1906.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

fleurs lumineuses des ténèbres. Perséphone m’a tenue sur son giron et je m’y suis endormie. Quand l’aiguille d’Aphrodite blesse la jeune fille de curiosité, je lui montre les formes qui errent dans la nuit éternelle. Ce sont de beaux jeunes gens parés avec des grâces qui n’existent plus. Aphrodite sait donner leurs désirs, et Athéné montre aux mortels l’inanité de leurs rêves ; mais Perséphone tient les clefs mystérieuses des deux portes de corne et d’ivoire. Par la première porte elle envoie dans la nuit les ombres qui hantent les hommes ; et Aphrodite s’en empare, et Athéné les tue. Mais par la seconde porte la Bonne Déesse reçoit ceux et celles qui sont las d’Aphrodite et d’Athéné.