Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HIPPOLYTE.

Je l’admire. — Je n’ai jamais vu si jeune homme si noblement doué, — pour peu qu’il dise vrai.


ÉMILIE.

Croyez — que sa mère était une femme merveilleusement belle ; — sa figure, il me semble, tient d’elle.


HIPPOLYTE.

Mais son corps — et son esprit fougueux illustrent un vaillant père.


PIRITHOÜS.

~ Remarquez comme sa valeur, ainsi qu’un soleil voilé, — brille à travers ses infimes vêtements.


HIPPOLYTE.

Il est bien né, assurément.


THÉSÉE.

— Qu’est-ce qui vous a fait venir ici, monsieur ?


ARGITE.

Le désir, noble Thésée, — d’acquérir un nom et d’offrir mes meilleurs services — à ton mérite si universellement admiré ; — car ta cour est la seule au monde — qu’habite l’Honneur à l’œil limpide.


PIRITHOÜS.

Toutes ses paroles sont dignes.


THÉSÉE.

— Monsieur, nous vous sommes très-redevables pour votre voyage, — et vous ne perdrez pas vos souhaits… Pirithoüs, — disposez de ce beau gentilhomme.


PIRITHOÜS.

Merci, Thésée !

À Arcite.

— Qui que vous soyez, vous êtes à moi ; et je vous consacre — au plus noble service, à cette dame, — à cette jeune vierge radieuse.