Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/380

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

chevalier : celui de vous deux qui aura le dessus, c’est-à-dire celui qui parviendra avec ses cent seconds à tuer son adversaire ou à le chasser de la lice, celui-là obtiendra Émilie pour femme, et je la lui donnerai, comme au plus favorisé de la fortune. J’établirai la lice en ce lieu, et que Dieu en fasse porter la peine à mon âme, si je ne suis pas un juge équitable !

Qui prit alors un air satisfait ? Palémon ! Qui sauta de joie ? Arcite ! Qui pourrait peindre l’allégresse universelle, quand Thésée eut accordé une si noble grâce ? Tous les assistants tombèrent à genoux et le remercièrent du fond du cœur. Et sur ce, pleins d’espoir et de contentement, les jeunes Thébains prirent congé, et s’en allèrent au galop vers Thèbes, toujours ceinte de ses vieilles murailles.

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le jour de leur retour était arrivé ; et, selon la convention faite, chacun d’eux amena à Athènes cent chevaliers armés de toutes pièces pour le combat. Alors vous pourriez voir venir avec Palémon Lycurgue lui-même, le grand roi de Thrace. Noire était sa barbe, et virile était sa figure. Les cercles de ses yeux dans sa tête brillaient entre le jaune et le rouge, et il avait l’air d’un griffon, avec ses cheveux rabattus sur ses épais sourcils. Ses membres étaient grands, ses chairs dures et fortes, ses épaules larges, ses bras ronds et longs. Et, selon la coutume de son pays, il se tenait debout sur un char d’or traîné par quatre taureaux blancs. En guise de surcot par-dessus son armure, il portait une peau d’ours, noire comme le charbon, fixée par des clous jaunes et brillants comme l’or. Sur ses épaules retombait sa longue chevelure, d’un noir lustré comme celui de l’aile du corbeau. Un diadème d’or massif, d’un poids énorme, était posé sur sa tête, resplendissant de pierreries, de rubis fins et de diamants. Derrière son char couraient plus de vingt molosses blancs, grands comme des génisses, dressés