Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ton refrain est bien vrai. « Qui a aimé sans avoir aimé à la première vue[1]. »

SYLVIUS.—Charmante Phébé !

PHÉBÉ.—Ah ! que dis-tu, Sylvius ?

SYLVIUS.—Plains-moi, chère Phébé.

PHÉBÉ.—Mais je suis vraiment fâché pour toi, gentil Sylvius.

SYLVIUS.—Partout où est le chagrin, la consolation devrait se trouver ; si vous êtes chagrine de ma douleur en amour, donnez-moi votre amour, et alors vous n’aurez plus de chagrin, et moi, je n’aurai plus de douleur.

PHÉBÉ.—Tu as mon amour. N’est-ce pas là un trait de bon voisin ?

SYLVIUS.—Je voudrais vous posséder.

PHÉBÉ.—Ah ! cela, c’est de l’avidité. Il fut un temps, Sylvius, où je te haïssais : ce n’est pas cependant que je t’aime maintenant ; mais puisque tu peux si bien discourir sur l’amour, je veux bien endurer ta compagnie, qui m’était autrefois à charge ; et aussi je saurai t’employer, mais ne demande pas d’autre récompense que le plaisir d’être employé par moi.

SYLVIUS.—Mon amour est si pur, si parfait, et moi si déshérité de toute faveur, que je croirai faire la plus abondante moisson en ramassant seulement les épis après ceux qui auront fait la récolte : ne me refusez pas de temps en temps un sourire errant, et je vivrai de cela.

PHÉBÉ.—Connais-tu le jeune homme qui m’a parlé, il y a un instant ?

SYLVIUS.—Pas trop, mais je l’ai rencontré très-souvent ; c’est lui qui a acheté la cabane et les pâturages qui appartenaient au vieux Carlot.

PHÉBÉ.—Ne va pas t’imaginer que je l’aime, quoique je te fasse des questions sur lui : ce n’est qu’un jeune impertinent. Cependant il parle très-bien ; mais qu’est-ce que me font les paroles ? Cependant les paroles font bien, surtout quand celui qui les dit plaît à ceux qui les entendent : c’

  1. Citation d’Hérode et Léandre, par Marlowe.