Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


j’en conjure Votre Majesté, parlez-moi plus clairement ; faites-moi connaître et voir en face ma faute, et si je la renie, c’est qu’elle ne m’appartient pas.

LÉONTES.—N’avez-vous pas vu, Camillo (mais cela est hors de doute, vous l’avez vu, ou le verre de votre lunette est opaque comme la corne d’un homme déshonoré), ou entendu dire (car sur une chose aussi visible la rumeur publique ne peut pas se taire), ou pensé en vous-même (car il n’y aurait pas de faculté de penser dans l’homme qui ne le penserait pas) que ma femme m’est infidèle ? —Si tu veux l’avouer (ou autrement nie avec impudence, nie que tu aies des yeux, des oreilles et une pensée), conviens donc que ma femme est un cheval de bois[1] et qu’elle mérite un nom aussi infâme que la dernière des filles qui livre sa personne avant d’avoir engagé sa foi ; dis-le et soutiens-le.

CAMILLO.—Je ne voudrais pas rester là en écoutant noircir ainsi ma souveraine maîtresse sans en tirer sur-le-champ vengeance. Malédiction sur moi-même ! vous n’avez jamais proféré de parole plus indigne que celle-là ; la répéter serait un crime, aussi grand que celui que vous imaginez, quand il serait vrai.

LÉONTES.—Et n’est-ce rien que de se parler à l’oreille ? que d’appuyer joue contre joue ? de mesurer leur nez ensemble ? de se baiser les lèvres en dedans ? d’étouffer un éclat de rire par un soupir ? Et, signe infaillible d’un honneur profané, de faire chevaucher leur pied l’un sur l’autre ? de se cacher ensemble dans les coins, de souhaiter que l’horloge aille plus vite ? que les heures se changent en minutes et midi en minuit, que tous les yeux fussent aveuglés par une taie, hors les leurs, les leurs seulement, qui voudraient être coupables sans être vus : n’est-ce rien que tout cela ? En ce cas, et le monde, et tout ce qu’il enferme, n’est donc rien non plus ; ce ciel qui nous couvre n’est rien ; la Bohême n’est rien ; ma femme n’est rien, et tous ces riens ne signifient rien, si tout cela n’est rien.

  1. Hobby horse.