Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/352

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène II

Une cour de justice.

LÉONTES, des SEIGNEURS et des OFFICIERS siégeant selon leur rang.

LÉONTES.—Cette cour assemblée, nous le déclarons à notre grand regret, porte un coup cruel à notre cœur. L’accusée est la fille d’un roi, notre femme, et une femme trop chérie de nous.—Soyons enfin justifiés du reproche de tyrannie par la publicité que nous donnons à cette procédure : la justice aura son cours régulier, soit pour la conviction du crime, soit pour son acquittement.—Faites avancer la prisonnière.

UN OFFICIER DE JUSTICE.—C’est la volonté de Sa Majesté que la reine comparaisse en personne devant cette cour.—Silence !

(Hermione est amenée dans la salle du tribunal par des gardes ; Pauline et ses femmes l’accompagnent.)

LÉONTES.—Lisez les chefs d’accusation.

UN OFFICIER lit à haute voix.—Hermione, épouse de l’illustre Léontes, roi de Sicile, tu es ici citée et accusée de haute trahison comme ayant commis adultère avec Polixène, roi de Bohême, et conspiré avec Camillo pour ôter la vie à notre souverain seigneur, ton royal époux : et ce complot étant en partie découvert par les circonstances, toi, Hermione, au mépris de la foi et de l’obéissance d’un fidèle sujet, tu leur as conseillé, pour leur sûreté, de s’évader pendant la nuit, et tu as favorisé leur évasion.

HERMIONE.—Tout ce que j’ai à dire tendant nécessairement à nier les faits dont je suis accusée, et n’ayant d’autre témoignage à produire en ma faveur que celui qui sort de ma bouche, il ne me servira guère de répondre non coupable ; ma vertu n’étant réputée que fausseté, l’affirmation que j’en ferais serait reçue de même. Mais si les puissances du ciel voient les actions humaines (comme elles le font), je ne doute pas alors que l’innocence ne fasse rougir ces fausses accusations et que la