Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/353

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tyrannie ne tremble devant la patience.—(Au roi.) Vous, seigneur, vous savez mieux que personne (vous qui voulez feindre de l’ignorer) que toute ma vie passée a été aussi réservée, aussi chaste, aussi fidèle que je suis malheureuse maintenant, et je le suis plus que l’histoire n’en donne d’exemple, quand même on inventerait et qu’on jouerait cette tragédie pour attirer des spectateurs. Car, considérez-moi,—compagne de la couche d’un roi, possédant la moitié d’un trône, fille d’un grand monarque, mère d’un prince de la plus grande espérance, amenée ici pour parler et discourir pour sauver ma vie et mon honneur devant tous ceux à qui il plaît de venir me voir et m’entendre. Quant à la vie, je la tiens pour être une douleur que je voudrais abréger ; mais l’honneur, il doit se transmettre de moi à mes enfants, et, c’est lui seul que je veux défendre. J’en appelle à votre propre conscience, seigneur, pour dire combien j’étais dans vos bonnes grâces avant que Polixène vînt à votre cour, et combien je le méritais. Et depuis qu’il y est venu, par quel commerce illicite me suis-je écartée de mon devoir pour mériter de paraître ici ? Si jamais j’ai franchi d’un seul pas les bornes de l’honneur, si j’ai penché de ce côté en action ou en volonté, que les cœurs de tous ceux qui m’entendent s’endurcissent, et que mon plus proche parent s’écrie : Opprobre sur son tombeau !

LÉONTES.—Je n’ai jamais ouï dire encore qu’aucun de ces vices effrontés eût moins d’impudence pour nier ce qu’il avait fait que pour le commettre d’abord.

HERMIONE.—Cela est assez vrai, mais c’est une maxime dont je ne mérite pas l’application, seigneur.

LÉONTES.—Vous ne l’avouerez pas.

HERMIONE.—Je ne dois rien avouer de plus que ce qui peut m’être personnel dans ce qu’on m’impute à crime. Quant à Polixène (qui est le complice qu’on me donne), je confesse que je l’ai aimé en tout honneur, autant qu’il le désirait lui-même, de l’espèce d’affection qui pouvait convenir à une dame comme moi, de cette affection et non point d’une autre, que vous m’aviez commandée vous-même. Et si je ne l’eusse pas fait, je croirais m’être