Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 10.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

justiciable d’aucune autorité extérieure. Pourvu qu’il atteigne la fin qui lui est propre, il n’a pas à rendre compte des procédés qu’il emploie. Il peut à sa guise défendre ou attaquer la morale, l’équité, le progrès, le droit. Il peut dans les écarts de sa fantaisie violer la pudeur elle-même. Il peut parer d’esprit les immondices de Pétrone et de l’Arétin ; il peut illustrer avec le crayon de Jules Romain les raffinements monstrueux de la luxure italienne ; il peut revêtir de toutes les séductions de la forme les turpitudes de marbre qui se cachent au musée de Naples. Il peut soutenir le despotisme comme il peut prôner l’obscénité. Il peut écrire, de la main de Hobbes, l’apologie du tyran et, de la main de De Maistre, l’éloge du bourreau. Il peut faire l’apothéose d’Octave dans les Bucoliques de Virgile et dans les Odes d’Horace. Il peut offrir à César Borgia les conseils de Machiavel et à Charles IX les adulations de Ronsard. Il peut insulter les martyrs comme il peut encenser les tyrans. Il peut jeter à Socrate l’épigramme meurtrière d’Aristophane, à Jeanne d’Arc le sarcasme lubrique de Voltaire, à Jésus-Christ l’anathème impie de Shelley.

Ainsi, — d’éclatants exemples le prouvent, — l’art peut être servile, cynique, obscène, lâche, féroce, sacrilège, meurtrier ; n’importe ! il est toujours l’art. Mais de ce que l’art peut, sans fausser son essence, enfreindre la loi morale qui nous régit, faut-il conclure que l’artiste peut violer cette loi sans forfaire à son devoir ? L’artiste a-t-il les mêmes immunités que l’art ? Si l’art n’est pas responsable, est-ce une raison pour que l’artiste soit irresponsable ? — L’art est impersonnel, cosmopolite, universel ; il est de tous les temps, de tous les âges, de tous les climats, de toutes les régions, de tous les mondes. Partout où il y a un cerveau qui conçoit, un esprit qui pense, une âme qui rêve, l’art existe. L’art a pour ciel natal, non l’atmosphère étroite qui nous emprisonne, mais la profondeur démesurée de