Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 10.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


TROISIÈME CITOYEN.

Votre nom, messire ! franchement.


CINNA.

Franchement, mon nom est Cinna.


PREMIER CITOYEN.

Mettons-le en pièces : c’est un conspirateur.


CINNA.

Je suis Cinna le poëte ! je suis Cinna le poëte.


QUATRIÈME CITOYEN.

Mettons-le en pièces pour ses mauvais vers, mettons-le en pièces pour ses mauvais vers.


CINNA.

Je ne suis pas Cinna le conspirateur.


DEUXIÈME CITOYEN.

N’importe, il a nom Cinna, arrachons-lui seulement son nom du cœur, et chassons-le ensuite.


TROISIÈME CITOYEN.

Mettons-le en pièces ! mettons-le en pièces ! Holà ! des brandons ! des brandons enflammés ! Chez Brutus, chez Cassius ! Brûlons tout ! Les uns chez Décius, d’autres chez Casca, d’autres chez Ligarius. En marche ! partons !

Ils sortent.

Scène XI.


[Chez Antoine.]


Antoine, Octave et Lépide, assis autour d’une table (42).

ANTOINE.

— Ainsi tous ces hommes mourront ; leurs noms sont marqués.


OCTAVE.

— Votre frère aussi doit mourir ; y consentez-vous, Lépide ?