Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 10.djvu/420

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

son moment. — Qu’est-il besoin à l’armée de ces baladins stupides ! — Compagnon, hors d’ici !


CASSIUS.

Arrière, arrière ! allez-vous-en.

Le poète sort.


Entrent Lucilius et Titinius.

BRUTUS.

— Lucilius et Titinius, dites aux commandants — de préparer le logement de leurs compagnies pour cette nuit.


CASSIUS.

— Et puis revenez tous deux, et amenez-nous Messala immédiatement.

Sortent Lucilius et Titinius.

BRUTUS.

Lucius, un bol de vin !


CASSIUS.

— Je n’aurais pas cru que vous pussiez vous irriter ainsi.


BRUTUS.

— Ô Cassius, je souffre de tant de douleurs !


CASSIUS.

— Vous ne faites pas usage de votre philosophie, — si vous êtes accessible aux maux accidentels.


BRUTUS.

— Nul ne supporte mieux le chagrin : Portia est morte.


CASSIUS.

Ha ! Portia !


BRUTUS.

— Elle est morte.


CASSIUS.

— Comment ne m’avez-vous pas tué, quand je vous contrariais ainsi ! — Ô perte insupportable et accablante !… — De quelle maladie ?