Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

que ce soit la fortune, et non moi, qui aille en enfer ! — J’en dis trop long, mais c’est pour suspendre le temps, — l’étendre, le traîner en longueur, — et retarder votre choix.


BASSANIO.

Laissez-moi choisir, — car, dans cet état, je suis à la torture.


PORTIA.

— À la torture, Bassanio ? Alors avouez — quelle trahison est mêlée à votre amour.


BASSANIO.

— Aucune, si ce n’est cette affreuse trahison de la défiance — qui me fait craindre pour la possession de ce que j’aime. — Il y a autant d’affinité et de rapport — entre la neige et la flamme qu’entre la trahison et mon amour.


PORTIA.

— Oui, mais je crains que vous ne parliez comme un homme que la torture force à parler.


BASSANIO.

— Promettez-moi la vie, et je confesserai la vérité.


PORTIA.

— Eh bien alors, confessez et vivez.


BASSANIO.

En me disant : confessez et aimez, — vous auriez résumé toute ma confession. — Ô délicieux tourment où ma tourmenteuse — me suggère des réponses pour la délivrance ! — Allons ! menez-moi aux coffrets et à ma fortune.


PORTIA.

— En avant donc ! Je suis enfermée dans l’un d’eux ; — si vous m’aimez, vous m’y découvrirez. — Nérissa, et vous tous, tenez-vous à l’écart… — Que la musique résonne pendant qu’il fera son choix ! Alors, s’il perd, il