Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/272

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Belmont : elle chemine dans les environs, — pliant le genou devant les croix saintes et priant — pour le bonheur de son mariage.


LORENZO.

Qui vient avec elle ?


STEPHANO.

— Un saint ermite et sa suivante : voilà tout. — Dites-moi, je vous prie, si mon maître est de retour.


LORENZO.

— Pas encore. Nous n’avons pas eu de ses nouvelles. — Rentrons, je t’en prie, Jessica, et préparons-nous pour recevoir avec quelque cérémonie — la maîtresse de la maison.


Entre Lancelot.

LANCELOT.

Sol la ! Sol la ! ho ! ha ! ho ! Sol la ! Sol la ! (23)


LORENZO.

Qui appelle ?


LANCELOT.

Sol la ! avez-vous vu maître Lorenzo et dame Lorenzo ? Sol la ! Holà !


LORENZO.

Cesse tes holà, l’ami ! Ici.


LANCELOT.

Holà ! où ? où ?


LORENZO.

Ici.


LANCELOT.

Ici. Dites-lui qu’un courrier est arrivé de la part de mon maître, la trompe pleine de bonnes nouvelles. Mon maître sera ici avant le matin.

Il sort.

LORENZO.

— Rentrons, ma chère âme, pour attendre leur ar-