Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ORLANDO.

Que dis-tu ?


ROSALINDE.

Est-ce que vous n’êtes pas bon ?


ORLANDO.

Je l’espère.


ROSALINDE.

Eh bien, peut-on désirer trop de ce qui est bon ?… Allons, sœur, servez-nous de prêtre et mariez-nous… Donnez-moi votre main, Orlando.

Orlando et Rosalinde se prennent la main.

Que dites vous, ma sœur ?


ORLANDO, à Célia.

De grâce, mariez-nous.


CÉLIA.

Je ne sais pas les paroles à dire.


ROSALINDE.

Il faut que vous commenciez ainsi : Consentez-vous, Orlando ?…


CÉLIA.

J’y suis… Consentez-vous, Orlando, à prendre pour femme cette Rosalinde ?


ORLANDO.

J’y consens.


ROSALINDE.

Oui, mais quand ?


ORLANDO.

Tout de suite, aussi vite qu’elle peut nous marier.


ROSALINDE, à Orlando.

Sur ce, vous devez dire : Je te prends pour femme, Rosalinde.


ORLANDO.

Je te prends pour femme, Rosalinde.


ROSALINDE, à Célia.

Je pourrais vous demander vos pouvoirs ; mais n’im-