Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/388

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PHÉBÉ.

Et moi pour Ganimède.


ORLANDO.

— Et moi pour Rosalinde


ROSALINDE.

Et moi pour pas une femme.


SILVIUS.

— C’est être tout fidélité et dévouement ; — et ainsi suis-je pour Phébé.


PHÉBÉ.

Et moi pour Ganimède.


ORLANDO.

— Et moi pour Rosalinde.


ROSALINDE.

Et moi pour pas une femme.


SILVIUS.

— C’est être tout extase, — tout passion et tout désir, — tout adoration, respect et sacrifice, — tout humilité, tout patience et impatience, — tout pureté, tout résignation, tout obéissance, — et ainsi suis-je pour Phébé.


PHÉBÉ.

— Et ainsi suis-je pour Ganimède.


ORLANDO.

— Et ainsi suis-je pour Rosalinde.


ROSALINDE.

— Et ainsi suis-je pour pas une femme.


PHÉBÉ

— Si c’est ainsi, pourquoi me blâmez-vous de vous aimer ?


SILVIUS

— Si c’est ainsi, pourquoi me blâmez-vous de vous aimer ?


ORLANDO.

— Si c’est ainsi, pourquoi me blâmez-vous de vous aimer ?