Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



THÉSÉE
Mais vous ne verrez rien de pareil, chère amie !

HIPPOLYTE
Ils jouent mal !Nous aurons d’autant plus de mérite

THÉSÉE

Ils jouent mal !Nous aurons d’autant plus de mérite
À les remercier ! Nous comprendrons, pour eux,
Comment la pièce fut écrite ;
Et si leur zèle malheureux
N’en traduit point les passions,
Nous serons bienveillants pour leurs intentions !
De grands savants, parfois, au cours de mes voyages,
Ont voulu me fêter par de longs compliments :
Je voyais pâlir leur visage ;
Leur voix s’étranglait au passage ;
Ils étaient pris d’un tremblement,
Et, soudain, ils s’arrêtaient court
Au beau milieu de leurs discours !
Croyez-moi, cependant, cette crainte ingénue,
Bien plus que leurs souhaits fêtait ma bienvenue ;
Cette naïveté sincère et campagnarde,
M’en disait tout autant qu’une langue bavarde,
Car, mieux que les propos des plus fiers harangueurs,
C’est un silence ému qui me touche le cœur !…

Rentre PHILOSTRATE.

PHILOSTRATE
Monseigneur, le prologue est prêt.

THÉSÉE
Bien ; qu’il commence ! Attention !…
Fanfare de trompettes. — Entre LE PROLOGUE.