Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



THISBÉ
J’embrasse bien le trou, mais pas du tout ta bouche !…


PYRAME
Veux-tu me rencontrer au tombeau de Nigaud ?…


THISBÉ
J’y viendrai ! Fallût-il y laisser tous mes os !…


LE MUR

Voilà ; moi j’ai fini !… N’ayant plus rien à dire,
Il est tout naturel que le mur se retire.

Sortent LE MUR, PYRAME et THISBÉ.

THÉSÉE
Plus d’obstacles entre eux ! C’est la conclusion !…

DÉMÉTRIUS
Oui, le mur a compris ; les murs ont des oreilles !…

HIPPOLYTE
Je n’aurais pas rêvé stupidité pareille !

THÉSÉE

Ce genre de théâtre est fait d’illusions !
[Le pire devient bon quand l’esprit y supplée.


HIPPOLYTE
Alors c’est grâce à soi que l’œuvre est révélée !…

THÉSÉE

Si nous avons pour eux l’indulgence qu’ils ont
Eux-mêmes, à coup sûr ils sont pleins de raison !…]
Mais, silence ! Voici deux bêtes peu communes !
Nous allons admirer le lion et la lune !…

Entrent LE LION et LE CLAIR DE LUNE.