Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LE CLAIR DE LUNE
Moi je suis l’homme au chien qu’on aperçoit dedans…

THÉSÉE

La mise en scène, ici, présente une lacune :
Entre dans ta lanterne !…Il craint un accident !



DÉMÉTRIUS

Entre dans ta lanterne !…Il craint un accident !
La chandelle charbonneOh, la lune importune !


HIPPOLYTE

La chandelle charbonne…Oh, la lune importune !
Ne pourrait-on pas voir un changement de lune ?…


THÉSÉE

Sa pâleur nous l’indique à son déclin, sans doute ;
Soyons courtois pour elle !Allons, lune, on t’écoute !


LYSANDRE

Soyons courtois pour elle !Allons, lune, on t’écoute !
Dis-nous ce qui t’amène !…On vous l’a dit tantôt :


LE CLAIR DE LUNE

Dis-nous ce qui t’amène !…On vous l’a dit tantôt :
Ma lanterne est la lune, et moi l’homme au fagot
Qu’on aperçoit dedans ; ce fagot que je tiens,
C’est mon fagot ; et quant à ce chien, c’est mon chien !…


Entre THISBÉ.

THISBÉ
Tombe où Pyrame et moi venons nous dérober


LE LION, rugissant.
Hôôô !…Bien rugi, lion ! Très bien couru, Thisbé !


THISBÉ s’enfuit.