Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LYSANDRE

Si telle est ta prétention,
Viens la prouver là-bas !Et toi, prouve la tienne !


DÉMÉTRIUS
Viens la prouver là-bas !Et toi, prouve la tienne !

HERMIA, s’accrochant à LYSANDRE.
Qu’est-ce à dire, Lysandre ?Arrière, Éthiopienne !

LYSANDRE
Qu’est-ce à dire, Lysandre ?Arrière, Éthiopienne !

DÉMÉTRIUS

Non, non ! Ne craignez rien de grave !
Monsieur fait mine d’être brave,
Mais il ne bouge pas ! Sa bravoure est domptée !


LYSANDRE, à HERMIA.

Serpent maudit ! Chatte effrontée !
Veux-tu bien lâcher mes habits !


HERMIA

Brutal !… Grands Dieux !… Pourquoi ce changement subit,
Mon amour ?…Ton amour ! Loin de moi, Sarrasine !


LYSANDRE

Mon amour ?…Ton amour ! Loin de moi, Sarrasine !
Poison détesté ! Médecine !…


HERMIA

L’affreuse comédie, hélas ! C’est un supplice


HÉLÈNE

C’en est une, à coup sûr, dont vous êtes complice !