Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Même jusqu’au moment où, par la porte ouverte
De l’orient, Neptune, inondé de rayons,
Change en or éclatant le sel des ondes vertes !
Hâte-toi, néanmoins, car, si nous y veillons,
Nous pourrons en finir avant le jour nouveau !…

Il sort.

PUCK

Par monts et vaux, par monts et vaux,
Vous allez courir, mes rivaux !
Par monts et vaux, par monts et vaux,
Je vais vous mener comme il faut !…
J’en vois un !… Où es-tu, Démétrius ? Réponds !…

Entre LYSANDRE.

LYSANDRE

J’en vois un !… Où es-tu, Démétrius ? Réponds !…


PUCK

Ici, manant ! L’épée en main ! Ici, capon !…
Arrive !… Je te suis ! Viens donc ! Je vais t’attendre


LYSANDRE

Arrive !… Je te suis ! Viens donc ! Je vais t’attendre


PUCK

Arrive !… Je te suis ! Viens donc ! Je vais t’attendre
Sur un meilleur terrain !… Lysandre ! Holà, Lysandre !

LYSANDRE sort, guidé par la voix.
Entre DÉMÉTRIUS.

DÉMÉTRIUS

Sur un meilleur terrain !… Lysandre ! Holà, Lysandre !
Parle encore, poltron ! Tu te sauves, bravache !
Lysandre ! Dis-moi donc où ta tête se cache ?…