Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


grâce à la nécessité et au caprice. Son imagination était brillante quoiqu’elle fût capable d’une grande application. Ses traits étaient l’image de son âme ; ses yeux bruns, quoiqu’aussi vifs que ceux d’un oiseau, avaient une douceur attrayante ; sa figure était vive et animée. Capable de supporter une grande fatigue, elle avait l’air de la femme la plus délicate du monde. Plein d’admiration pour son intelligence et son esprit, j’aimais à la suivre, comme j’aurais pu le faire pour un animal favori ; et je n’ai jamais vu tant de charmes dans la personne et dans l’esprit unis à si peu de prétention.

Tout le monde adorait Élisa-