Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


rester toute une journée renfermés dans l’auberge, et le hasard fit tomber entre mes mains, dans cette maison, un volume des œuvres de Cornélius Agrippa. Je l’ouvris avec indifférence ; la théorie qu’il cherche à démontrer et les faits étonnans qu’il rapporte, changèrent bientôt ce sentiment en enthousiasme. Une nouvelle lumière sembla éclairer mon esprit ; je bondis de joie, et fis part de ma découverte à mon père. Je ne puis m’empêcher de faire remarquer ici les nombreuses occasions qu’ont les instituteurs, pour diriger les idées de leurs élèves vers des connaissances utiles, et qu’ils négligent entièrement. Mon père regarda avec indifférence le