Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


élevé : il n’avait nullement le désir de ne rien faire, et s’il était bien aise de devenir l’associé de son père, il pensait aussi qu’on pouvait être un fort bon négociant, et en même temps avoir un esprit cultivé.

Nous restâmes très-tard à écouter ses plaintes et à faire plusieurs petits arrangemens pour l’avenir. Je partis le lendemain matin de bonne heure. Des pleurs coulaient des yeux d’Élisabeth ; elle ne pouvait les retenir en songeant que mon départ la laissait dans le chagrin, et que le même voyage avait été fixé trois mois auparavant, lorsque la bénédiction d’une mère m’aurait accompagné.

Je me jetai dans la chaise qui