Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pouse. La jeune fille parlait avec orgueil et enthousiasme de sa mère, qui, née libre, méprisait l’esclavage auquel elle avait été réduite. Elle instruisit sa fille dans les principes de sa religion, et lui inspira des pensées élevées et une indépendance d’esprit, défendues aux femmes par Mahomet. Elle mourut ; mais ses leçons se gravèrent en caractères ineffaçables dans le cœur de Safie : celle-ci tomba malade en songeant à la nécessité de retourner en Asie, où elle serait renfermée dans un harem, et occupée à des amusemens puériles, peu convenables à la disposition de son âme, accoutumée à de grandes idées et à une noble émulation pour la vertu, tan-