Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


viens ; mais, si vous n’avez aucun tort, ne pouvez-vous pas les détromper » ?

— « Je vais l’essayer ; et c’est cette tentative même qui m’accable de tant de terreur. J’aime tendrement ces amis ; sans être connu d’eux, j’ai pu pendant plusieurs mois connaître les attentions journalières qu’ils se prodiguent mutuellement ; mais ils croient que je veux leur nuire, et c’est ce préjugé que je désire détruire ».

— « Où demeurent ces amis » ?

— « Près d’ici ».

— « Le vieillard garda le silence un moment, et dit : « Si vous voulez me confier sans réserve les détails de votre histoire, je