Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/160

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le voile retomba presque aussitôt, mes yeux
En sondaient vainement les replis. Dans la brume
L’impur limon d’en bas semblait gagner les cieux,
Et de nouveau mon cœur s’emplissait d’amertume.

Alors, gage éternel de l’éternel amour,
L’arc-en-ciel, cet anneau que porte au doigt la terre,
Teint pour elle par Dieu de tous les feux du jour,
À mon regard troublé découvrit le mystère :

Oui, la paix qui descend du plus fort, du plus grand,
Sur celui qui chancelle & doute ! oui, l’épreuve,
Oui, la vie & la mort, mots que nul ne comprend,
Oui, l’idéal sacré dont l’âme est toujours veuve !

Oui, le soleil dardant ses rayons éclatants,
Oui, sur le passé noir le pardon qui s’attarde,
Et, dans cet infini que nous nommons le temps,
L’humanité qui marche à Dieu qui la regarde !


Septembre 18…