Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
155
LES AILES D’OR

Tous deux rêvent déjà de fraîcheurs sans pareilles
Sur les gazons obscurs, près de l’onde qui ment.
Déjà la tête chauve et les longues oreilles
Ont pris dans l’air plus tiède un doux balancement.
Mais les nymphes, du fond de la forêt profonde,
Accourent vers l’ami paisible de Bacchus
Et, fermant les anneaux rythmiques d’une ronde,
Serrent des nœuds de fleurs autour des deux vaincus.
Par le rire, la danse et les chants affolées,
Sous leurs pieds bondissants déchirant les roseaux.
Elles tournent, les bras tendus, échevelées,
Et mêlent leur voix claire au murmure des eaux.
Et, Silène, parmi les adorables poses
De leurs corps nonchalants, éclatants et nerveux,
Semble un bourdon doré sur des touffes de roses
Et s’enivre aux parfums vivants de leurs cheveux.