Page:Smith - Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Blanqui, 1843, II.djvu/471

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il n’aurait besoin de se donner aucune peine pour les pourvoir de maîtres convenables. Elles sauraient bien trouver tout de suite elles-mêmes de meilleurs maîtres que tous ceux que l’État eût pu leur procurer. La science est le premier des antidotes contre le poison de l’enthousiasme et de la superstition ; et dès que les clas­ses supérieures du peuple seraient une fois garanties de ce fléau, les classes inférieures n’y seraient jamais exposées.

Le second de ces moyens, c’est la multiplicité et la gaieté des divertissements publics. Si l’État encourageait, c’est-à-dire s’il laissait jouir d’une parfaite liberté tous ceux qui, pour leur propre intérêt, voudraient essayer d’amuser et de divertir le peuple, sans scandale et sans indécence, par des peintures, de la poésie, de la musique et de la danse, par toutes sortes de spectacles et de représentations dramatiques, il viendrait aisément à bout de dissiper dans la majeure partie du peuple cette humeur sombre et cette disposition à la mélancolie, qui sont presque toujours l’aliment de la superstition et de l’enthousiasme. Tous les fanatiques agitateurs de ces maladies populaires ont toujours vu les divertissements publics avec effroi et avec courroux. La gaieté et la bonne humeur qu’inspirent ces divertissements étaient trop incompa­tibles avec cette disposition d’âme qui est la plus analogue à leur but, et sur laquelle ils peuvent le mieux opérer. D’ailleurs, les représentations dramatiques, souvent en exposant leurs artifices au ridicule et quelquefois même à l’exécration publique, furent, pour cette raison, de tous les divertissements publics, l’objet le plus particulier de leur fureur et de leurs invectives.

Dans un pays où la loi ne favoriserait pas les maîtres ou profès d’une religion plus que ceux d’une autre, il ne serait pas nécessaire qu’aucun d’eux se trouvât sous une dépendance particulière ou immédiate du souverain ou du pouvoir exécutif, ni que celui-ci eût à se mêler de les nommer ou de les destituer de leurs emplois. Dans un pareil état de choses, à n’aurait pas besoin de s’embarrasser d’eux le moins du monde, si ce n’est pour maintenir la paix entre eux comme parmi le reste de ses sujets, c’est-à-dire de les empêcher de se persécuter, de se tromper ou de s’opprimer l’un l’autre. Mais il en est tout autrement dans les pays où il y a une religion établie ou dominante. Dans ce cas, le souverain ne peut jamais se regarder en sûreté, à moins qu’il n’ait les moyens de se donner une influence considérable sur la plupart de ceux qui enseignent cette religion.