Page:Société des amis des sciences, de l’industrie et des arts de la Haute-Loire - Mémoires et procès-verbaux, 1878, Tome 1.djvu/180

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
2
concours

compris qu’il y avait pour eux un avantage incontestable à engraisser des animaux jeunes ; ces animaux ont été choisis dans leurs propres étables, parmi leurs élèves, et ils ont réussi. Ainsi se trouve résolu le problème de la production rapide et économique de la viande de boucherie, une des grandes questions sociales du moment.

Malheureusement c’est le contraire qui a lieu pour la catégorie des bœufs au-dessus de cinq ans : 22 de ces animaux sont de la race d’Aubrac ; deux sont montferrandais ; un, limousin. Nos éleveurs vont acheter au dehors, pour les engraisser, les bœufs hors d’âge et produisent ainsi de la viande avec beaucoup de temps, beaucoup de fourrages et un prix d’acquisition toujours assez considérable. Le jour où nous aurons obtenu que les habitants de nos montagnes produisent un plus grand nombre d’élèves de la race du Mezenc, de manière à utiliser les immenses ressources fourragères du pays, et livrent à la boucherie des animaux jeunes et aptes à l’engraissement en réservant pour le travail les animaux plus robustes et mieux conformés, nous aurons, je crois, beaucoup amélioré la situation.

Encourageons donc dans cette voie nos intelligents éleveurs, et qu’à l’exemple de Michel, ils n’aient plus dans leurs étables que des animaux du Mezenc, rapidement et économiquement engraissés.

Bon concours de moutons malgré les désastres qui ont, cet hiver, frappé nos montagnes. On ne se serait pas douté, à voir ces bêtes si grasses, en si bon état, que la cachexie aqueuse avait sévi sur la plupart des troupeaux, et les cent vingt animaux, présentés au concours, étaient la meilleure preuve que la maladie avait complètement disparu.

Excellente exhibition de la race porcine. Les races croisées tendent de plus en plus à s’implanter dans le pays et nous sommes bien loin aujourd’hui de ces animaux à longues jambes, à croupes avalées, bien taillés pour courir, mais d’un engraissement long, difficile et coûteux. Toutefois nous engageons les éleveurs à ne pas pousser trop loin les croisements et à chercher