Page:Solution du problème social.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas diplomate. Nous aimons ce style grandiose, et le Peuple vous soufflera.

Vous, citoyen Arago, vous êtes la science dans le Gouvernement. Gardez le portefeuille : assez d’imbéciles vous succéderont.

Vous, citoyen Garnier-Pagès, vous avez vendu, vous avez aliéné, vous avez emprunté, et vous jouez du reste, Vous direz à l’Assemblée nationale que l’État ne possède plus rien, que son crédit n’a plus d’hypothèque que le patriotisme, que c’est fini. Vous prouverez par votre bilan que le Gouvernement n’est possible désormais que par une rénovation de la société, et que telle est l’alternative pour le pays : Ou la fraternité, ou la mort !

Vous, citoyens Albert et Louis Blanc, vous êtes un hiéroglyphe qui attend un Champollion. Restez donc comme figure hiéroglyphique, jusqu’à ce que vous soyez devinés.

Vous, citoyens Flocon et Ledru-Rollin, nous rendons justice à l’esprit qui vous pousse. Vous êtes, malgré votre vieux style, la pierre d’attente de la révolution. Restez donc pour l’intention, mais ne soyez pas si terribles dans la forme. On vous prendrait pour la queue de Robespierre.

Vous, citoyens Crémieux, Marie, Bethmont, Carnot, Marrast, vous symbolisez, sous des formes diverses, la nationalité, le patriotisme, l’idéal républicain. Mais vous ne sortez pas du négatif ; vous n’êtes connus que comme démocrates ; vos idées sont depuis 50 ans prescrites. Restez cependant : à défaut