Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voit qu’il ne lui en demeurât encore des marques ; aussi faisoit-il parfois des admirables réponses sans aucun de mes préceptes. Oyant parler d’un seigneur qui avoit la réputation d’être aussi buffle que pas un de sa qualité, et voyant que l’on lui attribuoit au moins la vertu d’être affable et courtois, il soutint que c’étoit le plus discourtois homme du monde. Sa raison étant demandée, il dit qu’il avoit remarqué que le jour d’auparavant il avoit été si incivil que de ne se pas détourner dans une rue pour laisser passer un sien frère qui, à son avis, étoit plus âgé et plus méritant que lui. Ce seigneur n’a point de frère ; tu te trompes, lui dit-on. Je sçais bien, moi, qu’il en a plusieurs, repart-il, et que celui qui passoit en est l’un : c’est un âne de la plus belle taille que l’on puisse voir. Une autre fois il dit, comme l’on parloit de jouer au brelan, qu’il n’eût pas voulu y jouer contre ce seigneur-là, parce qu’il avoit toujours un as caché dans son pourpoint. Un jour même qu’il le rencontra dans le Louvre, il s’approcha de lui, et lui vint mettre du foin dans sa pochette. Ce seigneur se retourna, en lui demandant ce qu’il faisoit. Gardez bien ce que je vous donne, lui dit Collinet, cela vous servira d’un pain de chapitre[1], en cas de nécessité. Il n’eût pas eu d’honneur à se fâcher contre ce fol, si bien qu’il tourna ceci en risée ; mais néanmoins, quelque temps après, lui voulant faire quelque mal pour avoir sa revanche, il l’appela à soi, et lui demanda à tenir un petit braquet[2] qu’il portoit au côté. Collinet l’ayant tiré du fourreau, le seigneur le prit, et mit un pied sur la lame, comme s’il eût voulu la rompre. Alors Collinet s’écria : Venez voir, messieurs, le grand miracle que l’on fait à mon épée : je l’ai apportée ici avec une simple poignée et sans garde défensive, et voilà maintenant que l’on y met le plus beau pas d’âne[3] du monde ! Plusieurs gentilshommes accoururent à ce cri, ce qui fut cause que celui qui tenoit l’épée de Collinet la lui rendit, et s’en alla tout honteux, en résolution de ne le plus attaquer, puisqu’il avoit des gausseries si piquantes.

Comme l’on parloit d’une certaine femme qui faisoit tous les jours croître des cornes à son mari, il fit là-dessus mille

  1. Pain blanc, distribué chaque jour aux chanoines.
  2. De brae pointe (étym. celt.).
  3. Garde d’épée qui couvre la main.