Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


demanderai mon renvoi par-devant mon juge naturel et domiciliaire, comme en action pure personnelle. Il n’y a point d’apparence, dit le premier, je veux avoir acte bien délivré et bien signé du valet de céans, par lequel il soit certifié que j’ai bu davantage que toi. Voici une pinte, qui n’est pas, ce me semble, collationnée à l’original de celle de la ville, disoit l’autre ; elle est bien petite, ce me semble, et si le vin n’est guère bon. Je veux obtenir lettres patentes scellées du grand sceau, pour me faire relever de ce que j’ai tantôt consenti à en bailler six sols : il n’en vaut que quatre. Mais à propos, camarade, tu manges tout le pain que je coupe ; je m’en vais former complainte pour ce trouble, et te faire appeler en cas de saisine et de nouvelleté[1].

Ils firent plusieurs autres discours de même étoffe, que Francion entendit, et jura qu’il croyoit que c’étoient des sergens, vu la mine qu’ils en avoient et les termes praticiens qui sortoient à tous momens de leur bouche ; et qu’en outre il reconnut qu’ils en vouloient à du Buisson. Pour éprouver si cela étoit vrai, il le laisse seul dans une salle prochaine, et s’en va dehors avec tous ses gens, feignant qu’il avoit envie de voir quelques singularités de la ville ; aussitôt les sergens, qui avoient véritablement dessein d’emprisonner du Buisson, l’allèrent trouver ; et, lui ayant montré leur charge, se voulurent mettre à exercer leur office. Mais Francion et les siens, revenant incontinent, les empêchèrent de passer plus outre ; et, ayant fermé la porte sur eux, dirent qu’ils étoient à leur miséricorde et qu’il ne tenoit qu’à eux qu’ils ne les tuassent. Les pauvres gigots[2] de justice crièrent merci à Francion et à du Buisson, leur remontrant qu’ils n’avoient voulu faire que ce que l’on leur avoit ordonné. Vous êtes des coquins qui n’entendez pas votre métier, repartit Francion, je vous le veux apprendre. Un sergent bien avisé devoit-il parler avec des mots de l’art, comme vous avez fait devant les amis de celui que vous désiriez attraper ? Ne considériez-vous pas que cela étoit suffisant de vous faire reconnoître ?

  1. « On forme complainte en cas de saisine et de nouvelleté dans les actions possessoires, pour se maintenir en possession. » Dict. de Trévoux.
  2. Limiers.