Page:Sorel - Réflexions sur la violence.djvu/358

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


souveraine en France. Il est même remarquable que pour les délits notables l’intervention administrative devienne tous les jours plus forte, car on accorde, de plus en plus, aux chefs des services pénitentiaires le pouvoir de tempérer ou même de supprimer les peines ; les médecins et les sociologues prêchent beaucoup pour ce système, qui tend à donner à la police un rôle aussi grand que celui qu’elle a eu dans l’Ancien Régime. L’expérience montre que le régime de l’atelier capitaliste est fort supérieur à celui de la police, en sorte qu’on ne voit pas trop comment il serait possible de perfectionner la discipline capitaliste au moyen de procédés dont dispose la démocratie[1].

J’estime qu’il y a quelque chose de juste dans l’hypothèse de Kautsky : celui-ci a eu l’intuition que le moteur du mouvement révolutionnaire devrait être aussi le moteur de la morale des producteurs ; c’est là une vue pleinement conforme aux principes marxistes, mais il convient d’appliquer cette idée tout autrement que n’a fait l’auteur allemand. Il ne faut pas croire que l’action du syndicat sur le travail soit directe, comme il le suppose ; l’influence doit résulter de médiations.


On arrive à un résultat satisfaisant en partant des très curieuses analogies qui existent entre les qualités les plus

  1. On pourrait même se demander si l’idéal des démocrates honnêtes et éclairés ne serait pas, à l’heure actuelle, la discipline de l’atelier capitaliste. Le renforcement du pouvoir attribué aux maires et aux gouverneurs d’États en Amérique me semble être un signe de cette tendance. (Ostrogorski, La démocratie et l’organisation des partis politiques, tome II, p. 517.)