Page:Soupé - Études sur la littérature sanscrite.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


316 ÉTUDES SUR LA LITTÉRATURE SANSCRITE.

deux actes, assez gaie et même assez décente, serait, à ce qu'on croit, du pandit Gopinâtha; la date n'en serait pas fort reculée, et on l'aurait représentée à la fête d'automne, au Dourgâ-Poûdjâ, cérémonie particulière à la province du Ben- gale ; les allusions et les critiques y abondent. Kalivatsala (l'En- fant de l'âge d'iniquité) règne sur la ville de Dharmanâsa (la Destruction de la justice) ; il a confié le soin de son âme àCou- carmapantchânana (le Dieu de la corruption). Un pieux brah- mane, Satyâtchârya, a été traité odieusement par lui et par ses courtisans et, retrouvant des confrères dans la prison où il a été jeté, il engage avec eux un dialogue, où se trahit l'amertume de ses plaintes sur les misères du siècle. Ces ponti- fes, jadis si opulents, un mauvais roi les condamne à errer et à mendier, des haillons sur le dos, un plat de bois à la main; l'infâme monarque n'a de penchant que pour l'iniquité, les liqueurs fortes et les femmes d'autrui, d'honneurs que pour les méchants, de dévoùment que pour le vice, de haine que pour la vertu. Ses amis sont aussi débauchés et aussi aveugles que lui ; son secrétaire d'Etat est un fripon ; tous ses conseillers sont méprisables: ses sujets ne valent pas mieux. Les hommes de loi et les financiers amassent des revenus par tous les moyens, et ils ne songent qu'à in- quiéter et qu'à persécuter les sages. Ceux-ci sont dépouillés de leurs maisons qu'on donne à des courtisanes, de leurs terres qu'on distribue à des ivrognes ; la poussière même qui salit leurs pieds est taxée et tarifée par les percepteurs et, s'ils murmurent, un bon cachot répond de leur silence. Plus loin, on s'amuse aux dépens d'un personnage officiel, un foudre de guerre, comparable aux matamores des vieilles comédies la- tines, italiennes, espagnoles et françaises, le général Sama- radjamboûka (le chacal belliqueux), qui se vante d'être ca- pable de couper en deux avec le tranchant de son héroïque cimeterre une motte de beurre frais et qui tremble, de la tête aux pieds, à l'approche et au bruit d'un moucheron. Quelle immoralité, quel oubli honteux des choses sacrées chez le

�� �