Page:Spencer - La Science sociale.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


times s’accroît d’autant ; en Angleterre, la pitié a fait fonder des hospices spécialement destinés aux enfants trouvés et le nombre des enfants abandonnés a augmenté. Le Building Act a imposé, en vue de la solidité des bâtiments, un système de construction qui rend le prix de revient d’une maison de dimension médiocre trop élevé pour ce qu’elle rapporte : on ne construit plus de petits logements et les pauvres s’entassent dans ceux qui existent. Une loi sur les logements défend aux pauvres de s’entasser, et les vagabonds n’ont plus d’autre ressource que de passer la nuit sous les arches d’Adelphi, ou dans les Parcs, ou même, pour avoir moins froid, sur les fumiers des prisons.

Lorsque le mal qu’on croit avoir extirpé ne reparaît pas à côté ou sous une autre forme, il se fait nécessairement sentir sous la forme d’une privation diffuse. Car supposons qu’au moyen d’un rouage officiel vous supprimiez réellement un mal au lieu de le repousser d’un endroit à un autre ; supposons qu’au moyen d’un certain nombre de ces rouages vous réussissiez avec un certain nombre de ces maux. Croyez-vous que ces maux aient absolument disparu ? Pour voir que non, vous n’avez qu’à demander : — D’où vient la machine officielle ? Qui paie les frais de son fonctionnement ? Qui fournit les nécessités de la vie à ses membres de tout rang ? Qui, si ce n’est le travail des paysans et des artisans ? Quand un pays possède comme la France 600,000 fonctionnaires, 600,000 hommes détournés des carrières industrielles et entretenus, eux et leurs familles, dans une aisance au-dessus de la moyenne, il est clair que les classes productrices ont à supporter une lourde surcharge. L’ouvrier fatigué est obligé de prolonger sa journée d’une heure ; sa femme de l’aider au travail des champs, tout en nourrissant ; l’alimentation des enfants devient encore plus mauvaise et l’augmentation du travail, jointe à une diminution du gain, amène une décroissance dans la somme de temps et de force que la famille peut consacrer aux rares jouissances d’une existence toujours digne de compassion. Comment donc supposer que le mal a été détruit ou évité ? La répression a produit une réaction proportionnelle, et, au lieu d’une grande misère çà et là, vous avez une misère, moindre à la vérité, mais constante et universelle.